10416 Lajeunesse, Montréal QC H3L 2E5 | 5765 Gouin Ouest, Montréal QC H4J 1E2 info@villeenvert.ca 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin)

Ville en vert

Trucs et astuces de réconciliation entre jardiniers et petits animaux

Trucs et astuces de réconciliation entre jardiniers et petits animaux

La saison estivale est l’occasion pour de plus en plus de Montréalais de s’adonner au jardinage. Il peut s’agir en effet d’une activité de détente pour certain ou d’une activité de socialisation pour d’autres mais qui permettent dans tous les cas, d’avoir accès à  une grande variété d’aliments frais, locaux et dépourvus de pesticides ou d’engrais potentiellement nocifs pour la santé et l’environnement.

Le jardinage à Montréal peut toutefois aussi être synonyme de rencontre avec d’autres petits êtres tout aussi enthousiasmés que nous par l’arrivée de toutes ces belles plantes! Les écureuils sont sans aucun doute les bestioles les plus connues des Montréalais mais on peut aussi trouver dans nos jardins des lapins, des marmottes, des mouffettes, des ratons laveurs, des oiseaux et des chats.  Ils peuvent creuser, gratter, grignoter, manger, piétiner, arracher les plants et parfois même y faire leurs besoins!  Il existe des méthodes, soit répulsives ou démotivantes, pour éloigner ces indésirables de nos jardins de façon à assurer de bonnes récoltes sans nuire aux animaux ou à  l’environnement.

1. Les répulsifs

PLANTES

Certaines plantes émettent des odeurs ou ont un goût qui rebute les visiteurs à quatre pattes. Il est donc possible de les ajouter à nos plantations afin de décourager ces animaux de fréquenter nos jardins.

  • Achillée
  • Ail ornemental
  • Aneth
  • Armoise
  • Ciboulette
  • Jacinthe
  • Lavande
  • Muscari
  • Origan
  • Ruda
  • Scille
  • Thym

CONCOCTION

Il est possible de vaporiser les plants et même le sol avec différents ingrédients naturels qui ont une odeur fortement désagréable pour les rongeurs et les chats et qui sont sans danger pour nous. Il faut toutefois en appliquer fréquemment puisque les pluies peuvent complètement dissiper les effets.

  • Fumier de poulet
  • Graines de piments forts
  • Huile de poivre noir
  • Jus d’ail ou d’oignon
  • Urine de prédateur (coyote ou renard)

FACTEURS DE STRESS

Les petites bêtes pouvant faire des ravages dans nos jardins sont souvent très sensibles aux bruits, odeurs ou présences pouvant représenter un danger pour eux. Différents  facteurs de stress peuvent donc être ajoutés près des potagers afin d’effrayer les intrus.

  • Arroseur muni d’un détecteur de mouvements
  • Assiettes d’aluminium (ou autre métal léger) qui font du bruit au vent
  • Éclairage intense munit d’un détecteur de mouvements
  • Épouvantail
  • Hiboux ou serpents en plastique
  • Poils de chien ou de chats ou cheveux humains
  • Ultrason

 

2. Les démotivateurs

MANQUE D’ACCÈS

Les animaux peuvent aussi se décourager si l’accessibilité aux plantations est difficile ou même impossible. Ils préféreront aller ailleurs plutôt que de dépenser de l’énergie inutilement.

  • Bloquer les trous
  • Épandre du paillis, des branches ou des pierres
  • Installer une clôture ou un abri en grillage tout autour du jardin
  • Planter plusieurs petits bâtons ou même de vieilles fourchettes
  • Recouvrir le sol d’un grillage métallique

 

RÉDUCTION DES INCITATIFS

Parfois, ils sont attirés par d’autres éléments n’ayant aucun lien avec nos jardins comme l’odeur des poubelles ou du compost ou encore la présence de vers et de larves dans le sol. Ainsi, c’est une fois sur place qu’ils prendraient connaissance de la présence du jardin.

  • Bien fermer les poubelles et le compost
  • Épandre des nématodes (vers microscopiques qui parasitent les vers blancs)  si des mouffettes sont attirées par la forte présence de vers blancs dans la pelouse
  • Ne pas laisser de déchets par terre

Il est toutefois important de noter que les animaux peuvent s’habituer à une odeur, un élément de stress ou encore déjouer les tactiques de démotivation mises en place. Ainsi, de tous ces moyens pacifiques permettant de les dissuader de fréquenter nos jardins, il s’avérerait que le réel secret est d’en utiliser plusieurs et en alternance. De cette façon, les bestioles indésirables n’auraient pas l’occasion de se familiariser avec un moyen ou un autre et seraient constamment surprises ou dérangées par une situation à laquelle ils ne s’attendent pas, ce qui augmenterait les probabilités qu’elles se découragent et en viennent à laisser nos jardins pousser en paix!

SOURCES:

ESPACE POUR LA VIE. (2017). « Éloigner les mammifères du potager et du jardin», http://espacepourlavie.ca/eloigner-les-mammiferes-du-potager-et-du-jardin, consulté le 7 juin 2017.

HUGSON, Larry. (2017). «Les effaroucheurs sont-ils efficaces?», https://jardinierparesseux.com/2017/06/05/effaroucheurs-pour-eloigner-oiseaux-et-animaux/, consulté le 7 juin 2017.

LALIBERTÉ, Kathy. (2017). «Keeping Animal Pests Out Of Your Garden», http://www.gardeners.com/how-to/keeping-animal-pests-out-of-your-garden/5426.html, consulté le 7 juin 2017.