info@villeenvert.ca 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

La Paruline à croupion jaune

Paruline à croupion jaune

Ce mois-ci, nous vous proposons de découvrir un sympathique petit oiseau migrateur de passage dans nos régions en ce moment : la Paruline à croupion jaune. Cet abondant volatile niche dans les forêts de conifères dans la plupart des régions boréales du Québec et passe l’hiver dans la portion sud des États-Unis et au Mexique. Durant sa période de migration automnale, on l’observe en grands nombres dans les parcs et les jardins de la ville, parfois même dans les arbres des quartiers les plus densément urbanisés.

Paruline à croupion jaune
Plumage de 1er automne. Photo : Nebirdsplus

La meilleure période pour l’apercevoir se situe entre la mi-septembre et la mi-octobre. Au lendemain du passage d’un front froid, alors que les oiseaux auront profité des vents du nord pour entreprendre leur vol nocturne vers le sud, on peut parfois observer plusieurs dizaines de parulines dans un même bosquet d’arbres! Les oiseaux en plumage de 1er automne (voir image) sont les plus visibles durant la période automnale. La caractéristique la plus notable chez la plupart des individus est sans doute le croupion (partie supérieure de la base de la queue) de couleur jaune. Au printemps, les mâles arborent une brillante livrée noir, ardoise et blanc avec des taches jaunes aux flancs et sur le dessus de la tête. La Paruline à croupion jaune est essentiellement insectivore durant sa période de nidification. Les chenilles, les pucerons et les petits coléoptères figurent parmi ses mets favoris. L’oiseau trouve son comble durant les périodes d’infestation d’insectes nuisibles des forêts, comme la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Notre amie, ainsi que toutes les autres espèces de parulines boréales, contribue au contrôle des populations de ces insectes et est donc essentielle à l’équilibre écologique de nos forêts. Cette paruline est également reconnue pour ses pirouettes aériennes alors qu’elle se nourrit d’insectes en plein vol. À l’occasion, on l’observe également cueillir des araignées à même leurs toiles!

Si vous avez des questions au sujet de la biodiversité urbaine, contactez Marc Sardi.