[email protected] 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Les jardins de la Coop Côté-Soleil

Lors de l’été 2020, Ville en vert a développé un jardin collectif en bac pour les personnes qui résident ou travaillent en entreprise d’économie circulaire à la Coopérative d’habitation Côté-Soleil dans le district de Saint-Michel.

La réalisation du projet par des ateliers d’animations en agriculture urbaine et jardinage a eu pour objectif d’améliorer la qualité de l‘environnement des résidents de la coopérative à travers une augmentation des espaces verts et de la biodiversité, tout en favorisant la sécurité alimentaire des participants. Les récoltes partagées cet été ont bonifié l’alimentation des personnes qui résident dans la coopérative tout en encourageant leur éducation sur les pratiques durables de jardinage.

Présentement, en partenariat avec les résidents de la Coopérative, un projet de conception d’aménagement en verdissement est en cours. Celui-ci consistera à embellir, verdir et augmenter la biodiversité en créant de nouvelles zones potagères en pleine terre, en verdissant une zone ensablée et en plantant des arbustes fruitiers. Les travaux d’aménagement sont prévus au printemps 2021.

Le projet continuera en 2021 entre autres par des activités et des formations horticoles sur le jardinage et l’entretien des végétaux ainsi qu’un suivi sur l’entretien des aménagements réalisés.

Le marcottage pour reproduire facilement ses vivaces préférées

Le marcottage dit de base ou par couchage est certainement la technique la plus simple pour multiplier une plante vivace à partir du pied mère.  Bien que peu pratiqué par les jardiniers, le marcottage offre l’avantage de prendre peu de temps, presque aucun outil et d’avoir un très fort taux de réussite, puisque c’est la nature qui travaille pour nous. 

Les végétaux qui se marcottent facilement au sol sont les vivaces grimpantes et les arbustes ligneux. Les plus expérimentés peuvent aussi marcotter des arbres feuillus et conifères aux branches basses. Pour une première expérience, tentez sur un arbuste à petits fruits, comme le groseillier, gadellier, murier-ronce ou sur un rosier grimpant. 

Si on marcotte à la fin du printemps, le nouveau plant sera prêt à l’automne. On peut aussi marcotter à l’automne, alors le plant sera prêt au printemps suivant.

En pratique, on sélectionne un plant mère en bonne santé, on choisit un rameau long et flexible, dont il suffira de coucher le centre du rameau sur la terre à l’endroit qui sera son futur emplacement. Si le sol est compact, on peut gratter la terre sur cinq centimètres de longueur et un ou deux centimètres de profondeur. On pose cinq centimètres de la tige sur ce sillon puis on pose une pierre au-dessus pour la maintenir immobile. Si le sol est sec, on peut arroser. Les racines vont se développer à cet emplacement et quelques mois plus tard, le réseau racinaire sera suffisamment fort pour que le nouveau plant soit autonome. Il suffira alors de couper la tige qui le rattachait au pied mère. À ce moment-là, vous pourrez récupérer ce nouveau plant et le repiquer où bon vous semble. 

La liste des plantes faciles à marcotter est longue, en voici les principales à tenter chez vous : clématite, hortensia, glycine, chèvrefeuille, rhododendron, jasmin, vigne, kiwi (Actinidia), romarin, sauge, fraisier…

Source : https://www.rustica.fr/tags/marcotter (consulté le 25 septembre 2020)

Légende photo : marcotte par couchage d’un gadellier réalisé en aout et son développement racinaire trois semaines plus tard.