10416 Lajeunesse, Montréal QC H3L 2E5 | 5765 Gouin Ouest, Montréal QC H4J 1E2 info@villeenvert.ca 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin)

Ville en vert

10 façons de réduire notre utilisation du plastique en 2019

Plastique

De la barre de shampoing aux ustensiles compostables, voici 10 façons de réduire son utilisation du plastique en 2019.

  1. Substituer le gel douche par du savon ; utiliser un shampoing en barre ; les cure-oreilles recyclables ; apporter ses propres contenants et acheter le détergent liquide en vrac ; acheter du papier hygiénique dans un emballage recyclé.
  2. Utiliser des brosses à dents en bambou. Lorsque celles-ci sont remplacées, elles se biodégradent en six mois.
  3. Lors du magasinage, apporter des sacs réutilisables.
  4. Essayer d’acheter en vrac et mettre les aliments secs comme le riz, les pâtes et lentilles dans des récipients de verre pour éviter d’acheter les produits enveloppés de plastique.
  5. Recycler les vieux jouets de plastique. Vérifier s’il y a une bibliothèque de jouets dans notre région pour leur en emprunter ou leur en donner.
  6. Porter sur soi une tasse recyclable ou une flasque.
  7. Refuser les ustensiles de plastique. Trimballer une fourchette ou utiliser une alternative compostable.
  8. Abandonner la pellicule de plastique pour la conservation des aliments. L’aluminium étant recyclable, privilégier les feuilles d’aluminiums ou les contenants de plastique réutilisables.
  9. Employer un rasoir électrique plutôt qu’un rasoir jetable.
  10. Écrire aux entreprises dont les emballages ne sont pas recyclables, et leur demander d’envisager d’utiliser de matériaux meilleurs pour l’environnement.

Traduit et adapté de l’article : ‘Ditch cling film and switch to soap’: 10 easy ways to reduce your plastics use in 2019 – https://www.theguardian.com/environment/2019/jan/03/plastics-consumption-reduce-2019-10-easy-ways

Quelques idées pour un Noël vraiment vert

Noël vraiment vert

Pour beaucoup de gens, Noël rime avec partage, générosité, et altruisme. C’est l’occasion parfaite de démontrer notre appréciation en couvrant nos proches de cadeaux.

Cependant, pour un nombre grandissant de personnes, Noël est synonyme de gaspillage, de stress et d’endettement. À l’approche du réveillon, la course aux cadeaux prend le dessus, les dépenses s’accumulent, et on offre des présents médiocres, faute d’avoir trouvé le cadeau idéal.

À l’approche des fêtes, Ville en vert souhaite donc partager quelques suggestions pour se simplifier la vie et pour fêter Noël de façon plus écologique, un Noël vraiment vert.

1. Offrez des expériences

Au lieu d’offrir un bien matériel, pourquoi ne pas offrir une activité à partager? On peut par exemple offrir une sortie au restaurant ou des billets de spectacle. Si votre budget le permet, vous pouvez même offrir un cours de peinture, de musique ou un abonnement sportif.

2. Favorisez les biens d’occasion

Il est grand temps que l’on arrête de considérer les biens usagés comme des cadeaux de moindre qualité. Il y a déjà bien assez de biens en circulation sans que l’on ait besoin d’en produire de nouveaux. Faites le tour des friperies et des boutiques d’objets d’occasion. Un jeu de société rétro peut faire un bien plus beau présent que la dernière version offerte en magasin.

3. Oubliez l’échange de cadeaux

Pour beaucoup de famille, l’échange de cadeaux représente souvent le moment fort du réveillon de Noël. Il existe toutefois d’autres options. Pourquoi ne pas organiser une activité de bricolage avec les plus jeunes? Vous pouvez par exemple préparer des maisons en pain d’épices et faire un concours de décoration. Tout le monde peut quitter la soirée avec un souvenir et l’on évite ainsi de s’échanger de petits cadeaux superflus.

4. Offrez des cadeaux communs

Si vous avez des enfants, vous savez qu’il est parfois difficile d’empêcher vos proches de leur offrir des cadeaux. Faites-leur savoir que vous voulez éviter le gaspillage cette année et rappelez-leur qu’il existe des options écologiques. Vous pouvez aussi leur proposer de contribuer à l’achat d’un présent en groupe. Un gros cadeau de qualité fait souvent davantage plaisir et il sera utilisé bien plus longtemps qu’une poignée de babioles.

5. Choisissez des cadeaux de qualité

S’il vous est impossible d’éviter l’achat d’un cadeau, assurez-vous que celui-ci sera utilisé aussi longtemps que possible. Évitez les jouets à bas prix et les objets à usages uniques. Choisissez des valeurs sûres et rappelez-vous que les jouets à la dernière mode risquent d’être rapidement oubliés par vos enfants.

Le temps des fêtes peut devenir une excellente occasion de remettre en question nos habitudes de consommation. Cette année, prenons le temps de réfléchir à ce dont nous avons vraiment besoin.

Le feuillicyclage

feuillicyclage

Avec l’hiver à nos portes, les arbres commencent à délaisser leurs couleurs l’automne et à perdre leur feuillage. Pour vous débarrasser des feuilles de votre terrain, l’arrondissement offre une collecte des résidus verts.

Pour limiter votre impact environnemental, vous pouvez toutefois privilégier le Feuillicyclage. Comme l’herbicyclage, la méthode consiste à laisser les résidus verts au sol pour leur permettre de s’y décomposer et de fertiliser votre pelouse. Vous n’avez qu’à empiler les feuilles sèches en rangées et à passer la tondeuse sur chaque pile jusqu’à ce que les feuilles soient suffisamment déchiquetées. C’est une très belle façon de favoriser un sol en santé, mais aussi de réduire la quantité de gaz à effet de serre liée à la collecte et au traitement des résidus verts.

Cas particulier

Si vous possédez un érable sur votre terrain, et que celui-ci est affecté par des taches noires sur les feuilles, il est préférable d’éviter le feuillicyclage. Pour éviter de propager le champignon qui cause cette maladie, il est alors conseillé de déposer ces feuilles en bordure de rues lors des jours de collecte.

Sac de plastique

Il est aussi important de rappeler que les sacs de plastique ne sont pas acceptés pour la collecte des résidus verts. Vous pouvez utiliser des sacs en papier, des boîtes de carton ou n’importe quel récipient rigide muni de poignées et n’ayant aucun couvercle.

source image: https://www.tulsaworld.com/scene/gardenadvice/columnists/mastergardener/master-gardener-fallen-leaves-can-be-asset-to-gardens/article_70c0d6a2-b23e-5200-a7ee-208e8e2f2d3.html

 

Compost : Où en sommes-nous?

Le compost : quelques explications

Le 8 août 2018, Radio-Canada publiait un article et un reportage annonçant que les sacs compostables déposés au bac brun n’étaient pas réellement compostés. Deux jours plus tard, LeDevoir suivait le pas avec un article plus modéré. Plusieurs citoyens étaient alarmés (avec raison) d’apprendre que leurs efforts étaient littéralement envoyés aux ordures. Alors, où en sommes-nous rendus avec le compost? Une explication de la situation s’impose.

Les sacs certifiés compostables

Les sacs certifiés compostables par une organisation reconnue sont bel et bien compostables. Généralement faits de cellulose (le principal constituant des parois des cellules végétales), ils ont été testés dans des installations de compostage pour se dégrader au même rythme que la matière organique.

Actuellement, la présence de contaminants tels que sacs plastiques et autres matières indésirables dans les bacs bruns rend nécessaire l’utilisation de convoyeurs pour effectuer un tri préliminaire. En retirant ces indésirables, les convoyeurs retirent accidentellement une certaine portion de sacs certifiés compostables qui n’ont pas encore commencé à se dégrader. La proportion de matière retirée tournerait généralement autour de 10%, mais pourrait être beaucoup plus haute pour certains chargements de matières organiques. La Ville de Montréal n’avait visiblement pas été mise au courant de ces difficultés par l’entrepreneur responsable du site de compostage.

Il faut surtout préciser que le pourcentage de rejet ne concerne pas uniquement les sacs compostables, mais toute la matière non compostable que les gens déposent dans le bac brun par erreur. Il est donc primordial de respecter les consignes de tri des matières pour diminuer le recours au tri préliminaire automatisé.

Les centres de compostage

Il est aussi important de noter que ce ne sont pas tous les centres de compostage qui utilisent ces équipements. Certains d’entre eux, plus modeste en taille, obtiennent des taux de rejets beaucoup plus faibles puisqu’ils favorisent le tri manuel des sacs.

Finalement, il est important de souligner que la Ville de Montréal a toujours préconisé l’utilisation de sacs en papier et de feuilles de journaux ou de circulaires et continue d’accepter les sacs compostables pour 15 des 19 arrondissements concernés (sont exclus Lachine, L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, Pierrefonds–Roxboro et Saint-Laurent où les sacs compostables sont interdits). Les sacs plastiques sont interdits.

La question demeure : doit-on bannir les sacs compostables?

Du point de vue environnemental, il est toujours préférable de déposer ses matières organiques directement dans le bac brun. On réduit ainsi à la source. L’utilisation de sacs en papier et de feuilles de journaux ou de circulaires permet toutefois un meilleur contrôle des liquides, donc des odeurs. Pour certaines personnes, les sacs compostables aident à réduire les désagréments perçus par rapport aux bacs bruns, particulièrement dans notre contexte urbain qui favorise la proximité entre voisins. Avec l’habitude, peut-être stopperont-ils eux-mêmes d’utiliser des sacs à l’avenir.

Quelques erreurs lors de l’inspection des bacs à recyclage

La collecte du recyclage offre l’occasion de redonner une utilité à des matières usées, telles que le plastique, le papier et l’aluminium, qui conservent une certaine valeur sur le marché. Or, si ces biens sont gaspillés, jetés dans le mauvais bac ou contaminés par des produits non recyclables, on perd une occasion de gérer efficacement les richesses qui se trouvent dans nos consommations quotidiennes. Voici donc quelques erreurs fréquentes à éviter :

Les plastiques #6 

Contenu du bac de recyclage

Le plastique #6 (ou polystyrène) est de trop piètre qualité et trop coûteux pour être traité par les centres de tri. On le retrouve dans des objets tels que les pots de yogourt individuels ou les plats en styromousse. Ceux-ci ne peuvent pas être placés dans le bac vert. On devrait préférablement éviter de s’en procurer, ou simplement les mettre aux ordures.

Les matières souillées

Contenu du bac de recyclage

Il est important de prêter attention à l’état des contenants avant de les mettre au bac vert, puisque quelques résidus de nourriture suffisent pour diminuer la qualité d’un camion de recyclage en entier. Une boite de pizza imbibée de gras, par exemple, devrait plutôt être déposée dans le bac brun. Cela s’applique aussi aux mouchoirs et aux essuie-tout ; bien que conçus de fibres de papier, ils sont souvent mouillés ou salis après leur utilisation, ce qui nuit à la qualité des matières récupérées en contaminant les fibres propres.

Certains emballages composites

Contenu du bac de recyclage

De nombreux emballages sont constitués de plusieurs matières différentes, les rendant impossibles à séparer et recycler dans les centres de tri. Cela inclut par exemple les tasses de café, les sacs de chips, les emballages de barres tendre, le sachets de sauce, les sachets de compotes, ou les enveloppes matelassées. Seuls les contenants aseptiques de style tetra-pak (boîtes de jus, de bouillons, de soupes, de vin) et les contenants à pignon (cartons de lait, de crème, etc.) devrait être déposés dans le bac de recyclage.

 

Les vêtements

Les textiles ne sont malheureusement pas acceptés dans la collecte municipale du recyclage. Cependant, cela ne veut pas dire qu’ils doivent se retrouver automatiquement à la poubelle non plus ! L’idéal serait d’offrir ses vieux vêtements à des connaissances ou à des organismes qui en font la collecte. Il est même possible de leur donner une nouvelle utilité, comme en découpant un vieux chandail pour en faire des serviettes ou des guenilles.

Le matériel électronique

Contenu du bac de recyclage

Bien qu’ils puissent être conçus de plastiques ou de métaux, les biens électroniques contiennent des métaux rares, des alliages et des produits chimiques qui doivent être pris en charge par des spécialistes. Il est alors important d’aller les déposer à l’écocentre le plus près.

Le verre cassé et la vaisselle

Bien que la collecte sélective accepte les bouteilles et les bocaux en verre, la vaisselle n’a pas la même composition chimique de verre que ces bouteilles, rendant leur recyclage commun impossible.

Les films de plastique

On entend par « films » les très minces pellicules de plastique (comme le papier Saran) qui sont utilisées pour emballer des aliments et des produits vendus en lots.

Des questions?

Avez-vous des questions à propos de la bonne utilisation du bac et du triage des matières recyclables ?
Dans la section « Recyclage », vous pourrez connaitre toutes les informations.


Sources des images :
https://pixabay.com/fr/des-d%C3%A9chets-la-pollution-coupe-1611123/
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b3/Pizza_in_a_box.jpg
https://www.recyclecartons.ca/les-contenants-multicouches/?lang=fr
https://pxhere.com/fr/photo/836846