info@villeenvert.ca 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Directeur(trice) — gestion de projets

Habitudes zéro déchet

Sous la responsabilité de la Directrice générale, la personne devra assurer les tâches suivantes :

Description des tâches

  • Rédiger des appels d’offres et négocier les différents contrats, mandats et ententes avec les partenaires externes (arrondissements, Hydro-Québec, OMHM, Ville de Montréal, DRSP, etc.)
  • Planifier, diriger, organiser et contrôler les ressources matérielles, humaines et financières liées aux contrats, mandats ou ententes
  • Organiser et participer aux soirées de consultations citoyennes
  • Participer aux rencontres avec les partenaires et rédiger des comptes-rendus des rencontres
  • Assurer des liens étroits auprès des différents partenaires
  • Veiller le respect des plans d’actions et des budgets alloués
  • Évaluer l’état d’avancement des projets (résultats obtenus, enjeux environnementaux, indicateurs de performance)
  • Valider les livrables, effectuer le suivi et rédiger des rapports et bilans
  • Accompagner les partenaires dans l’analyse des soumissions et la coordination des différents professionnels (entrepreneurs, architectes-paysagistes, ingénieurs, arpenteurs, etc.)
  • Voir au recrutement, à la formation, au suivi et à l’évaluation des employés et sous-traitants rattachés aux contrats
  • Toute autre tâche connexe à la mission de l’organisme ou partagée par l’équipe

Exigences

  • Minimum 5 ans d’expérience en gestion de projets liés à l’environnement
  • Maitrise en environnement
  • Expérience en projets d’aménagement paysager (un atout)
  • Excellentes connaissances de la langue française parlée et écrite ; connaissances de la langue anglaise parlée
  • Maitrise de la suite Microsoft Office (Word, Excel, PowerPoint)
  • Un atout : formation ASP construction, formation en génie

Compétences et aptitudes

  • Planification et sens de l’organisation
  • Courage managérial
  • Entregent et grande habileté à communiquer
  • Souci de la qualité du service à la clientèle
  • Leadership
  • Réagit avec souplesse lorsque surviennent des imprévus
  • S’exprime avec doigté et se montre sensible à son impact sur les autres
  • Fait preuve de dynamisme et rigueur

Conditions

  • Salaire : 24 $/h
  • Horaire : 35 heures/semaine. Certains soirs et fins de semaine.
  • Entrée en fonction prévue en octobre 2019 ou aussitôt que possible.
  • Remplacement de congé parental jusqu’à janvier 2021, possibilité de prolongement.

Les candidats intéressés doivent faire parvenir une lettre de présentation avec leur curriculum vitae, aussitôt que possible à  : emploi@nullvilleenvert.ca. Nous vous remercions à l’avance de déposer votre candidature. Veuillez toutefois prendre en note que nous communiquerons uniquement avec les personnes sélectionnées par courriel pour fixer une date d’entrevue. Un examen écrit et un test sur Excel sont prévus après l’entrevue. Aucune information supplémentaire ne sera donnée par téléphone.

Traitement de l’eau à Montréal

À Montréal, l’eau potable que nous consommons chaque jour nous est livrée par l’entremise de l’un des plus vieux systèmes d’aqueduc en Amérique du Nord. Ce réseau, à la fois complexe et essentiel, est composé de 6 usines de filtration qui puisent leur source tout près de nous, dans les larges cours d’eau environnants soit de la rivière des Prairies, du fleuve Saint-Laurent et du lac Saint-Louis. Dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel-Parc-Extension, l’eau nous provient des deux plus grosses usines de traitement de la ville, les usines Atwater et Charles J. Des Baillets, lesquelles traitent l’eau puisée à même le fleuve. Ensemble, les 6 usines de filtration ont une capacité de traitement de près de 3 millions de mètres cubes d’eau par jour, l’équivalent de 800 piscines olympiques !

Consommation par habitant et défis

L’eau potable de Montréal est de très bonne qualité. Elle est filtrée en plusieurs étapes, désinfectée, puis distribuée sur l’ensemble du territoire. Pour assurer la qualité de l’eau dans l’ensemble du réseau montréalais, des analyses en laboratoire sont effectuées tous les mois sur des échantillons prélevés en divers points, dans les usines de traitement, dans les réservoirs, et dans l’ensemble du circuit de distribution. Notre réseau local, plus précisément l’usine Atwater, a d’ailleurs remporté le prix du public de la meilleure eau des villes du Québec, en 2017, une reconnaissance certifiant l’excellence du produit distribué dans le réseau de la métropole.

Bien que le réseau d’eau potable ait une impressionnante capacité de production, il reste encore du travail pour minimiser les pertes sur l’ensemble du territoire montréalais. En effet, en 2017, les pertes s’élèvent à 31% de l’eau circulant dans les aqueducs, principalement au niveau du réseau souterrain. Pour remédier à cette problématique, la ville a multiplié les investissements en termes de renouveau des infrastructures hydrauliques au cours des dernières années, en plus de lancer un programme pour mieux former ses employés à la résolution et la réparation des bris hydrauliques. Parallèlement, la consommation par habitant a beaucoup diminué au cours des deux dernières décennies, notamment par l’entremise d’initiatives de réduction de la consommation d’eau potable et grâce aux efforts de nombreux citoyens. Montréal devra ainsi continuer à mettre les bouchées doubles pour atteindre les objectifs de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable, lancée en mars dernier, et réduire la quantité d’eau potable produite par personne de 20% d’ici 2025. Toutefois, malgré tous les efforts et stratégies mis en place, les Québécois.es consomme en moyenne plus de 260 litres d’eau par jour, ce qui équivaut a plus de 6 fois la consommation mondiale, 2 fois plus qu’un citoyen français et 30% de plus que nos voisins de l’Ontario. Cette moyenne élevée nous place dans le top 5 du palmarès mondial des consommateurs d’eau. En période estivale, la consommation d’eau peut doubler uniquement en raison de l’arrosage excessif. D’ailleurs, un boyau d’arrosage débite en moyenne près de 1000 litres d’eau à l’heure.

Voici quelques trucs et astuces afin de diminuer notre consommation d’eau et ainsi préserver notre précieuse ressource :

  1. En fermant le robinet lorsque l’on se brosse les dents, cela permet une économie d’eau d’environ 10 litres par an.
  2. Chaque utilisation de la chasse d’eau d’une toilette utilise en moyenne 6 à 12 litres, ce qui représente annuellement près de 4000 litres d’eau par personne par année. Il est donc important de ne pas utiliser la toilette comme une poubelle. Ne tirez pas la chasse pour un simple papier mouchoir.
  3. Considérant qu’une piscine moyenne contient plus de 40 000 litres d’eau, en la remplissant jusqu’à 15 centimètres du rebord, vous éviterez beaucoup de pertes par éclaboussement. De plus, il est suggéré de couvrir la piscine avec une toile solaire, ce qui permet de préserver la chaleur tout en limitant l’évaporation.
  4. Que ce soit pour la piscine, le potager, le gazon ou autre, il est souhaitable d’utiliser l’eau en matinée ou en soirée afin d’éviter l’évaporation causée lorsque le soleil est à son zénith.
  5. La production de papier nécessite plus de 26 000 litres d’eau par tonne de papier produite. Il est donc très important de le recycler. 
  6. Utilisez le bouchon de l’évier lorsque vous lavez la vaisselle ; cela permet d’utiliser la même quantité d’eau que si vous laviez une seule casserole.
  7. L’installation d’un baril d’eau à vos gouttières permet de récolter l’eau de pluie ce qui vous permettra d’arroser votre jardin avec cette eau réutiliser. Le réservoir d’eau de pluie permet de constituer une réserve d’eau non chlorée idéale pour le jardin et les plantes, tout en économisant de l’eau potable.

Voici également quelques règlements à respecter en ce qui concerne l’utilisation de l’eau :

Dans un premier temps, les adresses paires sont dans l’obligation d’arroser uniquement les dates paires. À l’inverse, les adresses impaires peuvent arroser les dates impaires. L’arrosage par arroseur amovible ou par boyaux poreux s’effectue exclusivement les soirs entre 20 h 00 et 23 h 00 et uniquement lorsqu’il ne pleut pas, alors que l’arrosage via système automatique s’effectue entre 3 h 00 et 6 h 00 la nuit. Finalement, en ce qui concerne l’arrosage manuel, celui-ci peut s’effectuer en tout temps et à toutes heures seulement lorsqu’il ne pleut pas.

De plus, le remplissage d’une piscine est interdit entre 6 h 00 et 20 h 00 en tout temps à l’exception de la période du 1er avril au 15 mai. L’arrosage du pavée, patios, murs extérieurs, etc. est interdit en tout temps sauf lors de ces mêmes dates, soit du 1er avril au 15 mai et lorsqu’il y a des travaux de construction, d’aménagement ou pour des raisons de salubrités. Il est également strictement défendu de laisser ruisseler l’eau sur la rue ou sur les propriétés voisines. 


Sources:

Ville de Montréal, L’eau de Montréal

Radio-Canada, Montréal perd encore trop d’eau, mais la situation s’améliore

Archives Montréal, Hommage à notre vénérable aqueduc

Affaires municipales et Habitation Québec, Stratégie québécoise d’économie d’eau potable. À propos de la stratégie

www.Peep.reseau-environnement.com

www.reseau-environnement.com 

https://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=6497,54391593&_dad=portal&_schema=PORTAL