[email protected] 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Démarrer un potager à partir de votre panier d’épicerie

Vous avez une envie subite de jardiner, mais vous réalisez que les semenciers n’ont plus beaucoup de variétés disponibles ou même plus rien du tout.

Les pépinières ont heureusement rouvert leurs portes, mais il faudra tout de même ne pas trop tarder pour faire vos achats, car, en raison de la situation actuelle, vous n’êtes pas seul à avoir eu la bonne idée de produire vous-même une partie de votre alimentation.

Mais que faire si vous ne réussissez pas à en trouver ? Il reste l’épicerie !
On peut facilement y trouver plusieurs semences, si on cherche bien. Certaines sont prêtes à planter, pour d’autres quelques étapes s’ajoutent, voici une petite liste :

Section fruits et légumes 

Semences 

Tomates — ça peut être aussi simple que de planter une tranche de tomates, telle quelle ! Mais l’idéal est de sortir les semences de la tomate avec la gelée autour et de mettre le tout dans un verre que vous remplissez d’eau. Laissez fermenter à température ambiante quelques jours, jusqu’à ce qu’une couche se forme au-dessus. Rincez bien dans une passoire et faites sécher sur une surface dure un jour ou deux. Décollez, et voilà elles sont prêtes à être semées ! L’étape de fermentation peut être ignorée, mais cette fermentation neutralise l’effet antigerminatif de la gelée et élimine des pathogènes qui pourraient nuire aux semis. En raison d’un virus transmissible par les semences (ToBRV), il faut à tout prix éviter d’utiliser des semences de fruits provenant de l’extérieur du Canada.

Piments/Poivrons — elles peuvent être semées tout de suite après être sorties du fruit, mais elles bénéficieraient d’un rinçage à l’eau. En raison d’un virus transmissible par les semences (ToBRV), il faut à tout prix éviter d’utiliser des semences de fruits provenant de l’extérieur du Canada.

Courges d’hiver, citrouilles, etc.  Elles pourraient vous réserver des surprises, car elles ont peut-être été pollinisées par d’autres variétés et vous aurez alors des fruits différents de celui duquel vous avez pris les semences. À noter que les semences de concombres et de courgettes ne sont pas viables, car elles n’ont pas atteint leur maturité lorsque les fruits sont récoltés 

Fraises et framboises — vous pouvez extirper des semences de ces petits fruits, mais soyez ouverts aux surprises ! 

Pomme, poire, pêche, cerise, etc. –  Bien intéressant comme expérience, mais armez-vous de patience ! Ces plants ne donneront pas de fruits avant plusieurs années et étant pour la plupart des hybrides, vous pourriez être déçus des fruits produits, car très loin du fruit d’origine. Et certains de ces plants pourraient ne pas être adaptés à nos hivers et ne pas y survivre. 

Orange, citron, etc. – Même situation que les pommiers, plusieurs années à attendre vos premiers fruits et il y a la possibilité de ne pas avoir des fruits identiques à la source, bien que les agrumes soient, génétiquement plus stable. Et évidemment, ils ne survivront pas à nos hivers ! 

Bulbes, tubercules 

Patate douce — Pour démarrer des plants de patates douces, il faut un peu de technique. Il faut mettre une patate, surélevée par des cure-d ents, par exemple, dans un plat avec un fond d’eau. Lorsqu’elle germera et que des tiges en sortiront, on coupera les tiges qu’on enracinera dans un verre d’eau ou dans un pot de terre avant de les planter au jardin. Les patates douces ont besoin de beaucoup de chaleur et d’un été long pour donner une bonne récolte de tubercules, mais les feuilles étant comestibles, les tiges grimpantes, et tolérant l’ombre légère, elles peuvent être intéressantes en pot sur le balcon. 

Pomme de terre — Il n’est pas recommandé d’utiliser des pommes de terre de l’épicerie pour la culture aux potagères, puisque bien qu’elles soient propres à la consommation, elles pourraient porter des maladies et attirer des insectes qui peuvent attaquer les autres membres de la famille (tomates, piments, aubergines) et rester plusieurs années dans le sol. C’est pourquoi le prix des semences de pomme de terre est nettement supérieur au prix de celles de l’épicerie. Pour la culture à la maison, et avec des mesures préventives (s’assurer que les pommes de terre ne portent aucune marque, tâche, cultures en pots, faire la rotation) il est possible d’avoir une belle récolte. Mais vous devez faire attention et être à l’affut des maladies. Vous les coupez en morceaux (2-3 par pommes de terre) qui portent des bourgeons et lorsque les tiges commencent à sortir, elles peuvent être plantées. 

Gingembre — utilisez du gingembre biologique, car le conventionnel pourrait avoir été traité contre la germination. Cassez le gingembre en morceaux (ils devraient naturellement briser au niveau des points les plus étroits). Plantez-le dans des pots avec de la terre, et sortez-le à l’extérieur en même temps que les tomates. Il est tolérant à l’ombre et peut même faire office de plante d’intérieur durant l’hiver ! 

Ognons  Si des tiges commencent à pointer de vos ognons, vous pouvez les placer dans un verre d’eau, pour que la base trempe, mais pas trop, et utiliser le feuillage pour cuisiner. Le planter au jardin ne servira pas à grand-chose puisqu’étant bisannuel, il prendra l’énergie du bulbe pour faire du feuillage et éventuellement fleurir, et mourir. Mais vous pourriez toujours tenter de produire des semences pour l’année prochaine. 

Ail/échalote — Il n’est pas recommandé d’utiliser des gousses d’ail de l’épicerie pour la culture au potager, puisqu’il pourrait porter des maladies qui se propagent dans le sol. Ici, aussi, mieux vaut utiliser de l’ail biologique qui est non traité et idéalement de l’ail local. Choisir les gousses les plus grosses, bien fermes et sans tâches. Sinon, de les faire germer en jardinière ou en pot pour utiliser le jeune feuillage est une belle alternative è la ciboulette ou à l’ognon vert. 

Topinambour  très facile de culture et même un peu envahissant, il vous suffit de le mettre en terre, tout simplement ! 

Les trognons 

Populaire auprès des enfants et dans les réseaux sociaux, les trognons peuvent être des plus surprenants.Ils démontrent l’incroyable capacité des végétaux à la survie !  

Il suffit de conserver la base du plant et la placer dans un fond d’eau, qu’on change régulièrement, et éventuellement, avec quelques racines, il pourrait être mis en terre. 

Évidemment, la production sera bien inférieure à ce que vous avez pu consommer du plant original, mais ce peut être une belle expérience. Voici quelques exemples : céleri, laitue, oignon vert, bok-choy, carotte, etc. L’important est que vous ayez la base du plant, duquel des racines pourront émerger, ou même mieux, en ayant toujours leurs racines, comme dans le cas de certaines laitues. Cette technique ne fonctionnera pas pour les verdures en bottes. 

La rangée du garde-manger 

Haricot sec — bien rincés, ils peuvent être plantés directement en terre. 

Pois secs  bien rincés, ils peuvent être plantés directement en terre. 

Lentille sèche — bien rincée, elles peuvent être plantées directement en terre. 

Pois chiches secs – bien rincés, ils peuvent être plantés directement en terre. 

Amarante — bien rincées, elles peuvent être plantées directement en terre.  

Quinoa — bien rincés, ils peuvent être plantés directement en terre. 

La rangée des épices 

Graines de coriandre — bien rincées, elles peuvent être plantées directement en terre. 

Vous pouvez vérifier la viabilité des semences avant de semer l’entièreté de votre potager, en les faisant tremper une petite quantité dans un fond d’eau ou dans du papier essuie-tout dans un sac de plastique placé au chaud. Vous avez techniquement plus de chance avec les produits biologiques mais si ce sont des variétés hybrides, vous risquez d‘avoir des légumes différents de celui d’origine. Vous devriez constater la germination (ou l’absence de) en 7 à 10 jours

Dans tous les cas ce peut être une belle manière de démarrer un projet de potager avec les enfants, sans dépenser beaucoup et donc si certains légumes échouent, ce n’est pas une catastrophe. 

N’hésitez pas à nous partager vos expériences sur nos réseaux sociaux !!!