[email protected] 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Manger végétarien est-il toujours bon pour la santé ?

Le point sur les produits végés transformés

Manger « végé » est devenu une tendance qui ne cesse de croitre ces dernières années. En 2018, ce sont plus de 6,4 millions de Canadiens qui suivaient une diète qui ont restreint voire éliminé la viande de leur consommation. Les motivations à réduire sa consommation de produits d’origine animale sont variées. Pour certains, il s’agit de diminuer son empreinte écologique, pour d’autres, éviter la souffrance des animaux ou encore, pour que son panier d’épicerie coute moins cher. Une des motivations qui poussent les gens à adopter un régime davantage centré sur les végétaux est notamment pour favoriser une meilleure santé. Mais qu’en est-il vraiment des effets du végétarisme sur la santé ?

Les bénéfices du végétarisme sur la santé

On observe qu’une alimentation plus végétale a plusieurs bénéfices sur la santé, notamment en diminuant le risque de développer des maladies cardiovasculaires, du diabète de type 2 et certains cancers (1). Ces bénéfices sont présents lorsque les gens qui mangent végétal adoptent des habitudes alimentaires équilibrées et variées, comprenant peu d’aliments ultratransformés.

Le hic avec les produits qui imitent la viande

Avec la tendance croissante du végétarisme/végétalisme, l’industrie alimentaire a développé une vaste gamme de produits qui tentent de répliquer les produits d’origine animale, que ce soit la viande, la charcuterie, le fromage, etc. On entend par là, les « steaks végétaux », le « fauxmage », le simili poulet, et bien d’autres. Bien qu’ils soient végétaux, ces aliments sont très souvent ultratransformés et contiennent malheureusement une grande quantité de sel, de gras et de sucre. 

On sait que la consommation d’une grande quantité de sel, de gras et de sucres raffinés au quotidien favorise le développement de maladies chroniques. En 2018, c’est plus de 45 % des calories totales consommées par les Canadiens qui provenaient des aliments ultratransformés (2). Un végétarien qui consommerait fréquemment ce type de produits pourrait ne pas être en meilleure santé qu’un individu omnivore. C’est d’ailleurs ce qu’a démontré une étude conduite aux États-Unis en 2017. Dans cette étude, un régime végétarien riche en aliments végétaux moins sains, comme du jus/boissons sucrées, des céréales raffinées, des pommes de terre/frites et des friandises, était associé avec un plus grand risque de développer des maladies coronariennes, même si ces aliments étaient d’origine végétale (3). 

Manger végé de façon saine

Les bénéfices pour la santé du végétarisme ont été prouvés pour des régimes peu transformés comprenant des aliments de base. Ce que cela veut dire, c’est qu’une alimentation à base de végétaux devrait mettre de l’avant la grande variété de légumineuses (lentilles, pois, haricots, etc.), le tofu, le tempeh, les noix, les graines, les céréales complètes, les fruits et les légumes. Ce sont ces aliments qui vont contribuer pleinement à votre santé.

Comme tout aliment, les produits qui répliquent la viande et ses dérivés peuvent certainement avoir une place dans notre alimentation parce qu’ils ont bon gout, parce qu’ils sont faciles à utiliser, parce qu’ils peuvent faciliter la transition vers le végétarisme, ou pour quelconque autre raison. L’idée à garder en tête, c’est que ces produits ne devraient pas constituer la majeure partie de notre alimentation. Modifier ses habitudes alimentaires et intégrer davantage de végétaux peut parfois être accompagné de son lot de questionnements et d’incertitudes. Une nutritionniste/diététiste saura vous conseiller et vous accompagner dans votre cheminement si vous le désirez.

Par Crystèle Hogue, stagiaire en nutrition 

Références :

  1. Grant JD. Time for change: Benefits of a plant-based diet. Can Fam Physician. 2017; 63 (10):744–746.
  • Nardocci, M., Leclerc, B., Louzada, M. et al. Consumption of ultra-processed foods and obesity in Canada. Can J Public Health 110, 4–14 (2019).
  • Satija A, Bhupathiraju SN, Spiegelman D, et al. Healthful and Unhealthful Plant-Based Diets and the Risk of Coronary Heart Disease in U.S. Adults. J Am Coll Cardiol. 2017; 70 (4): 411–422.