10416 Lajeunesse, Montréal QC H3L 2E5 | 5765 Gouin Ouest, Montréal QC H4J 1E2 info@villeenvert.ca 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin)

Ville en vert

Des produits locaux à l’année !

Des produits locaux à l’année

Malheureusement, le climat québécois ne permet pas de cultiver des produits frais et locaux à l’année. Il existe plusieurs méthodes de conservation pour nous permettre d’avoir accès à des fruits et des légumes locaux même lorsqu’il fait froid. La mise en conserve est l’une d’elles. J’ai donc décidé de vous présenter les informations nécessaires pour que vous puissiez vous lancer dans la conservation de vos produits préférés de façon sécuritaire !

L’équipement

Il faut avoir du matériel de base afin de se lancer dans la production de conserves. Il vous faut :

  • des contenants, composés d’un bocal en verre, d’un couvercle plat et d’une bague métallique, de formats variables (Bocaux Masson).
  • un support pour le fond de la casserole ou de l’autoclave ou un linge à vaisselle
  • une pince à bocal
  • un entonnoir pour remplir les contenants

Tout le matériel est réutilisable d’une fois à l’autre, à l’exception des couvercles plats qui doivent avoir une seule utilisation.

Pour la mise en pot, voici une vidéo qui explique très bien les étapes à suivre.

 

Quelles méthodes choisir ?

Il existe deux méthodes de mise en conserve, celle à l’eau bouillante et celle à l’autoclave, ce dernier étant plus dispendieux. On choisit la méthode en fonction de l’acidité de l’aliment.

Une préparation basique, c’est-à-dire à un pH plus élevé que 4,6, est un milieu plus propice à la reproduction des bactéries. Ces préparations nécessitent donc un traitement à une température plus élevée, qui est atteinte grâce à la pression créée par l’autoclave. La tomate, les viandes, volailles, poissons (exemple sauce à spaghetti), et les légumes ont un pH basique et exigent l’utilisation de l’autoclave. Si l’on ajoute un ingrédient acide, comme du vinaigre, du jus de citron ou de l’acide citrique pour rendre la préparation acide, la méthode à l’eau bouillante peut être utilisée. De façon générale, les fruits ne nécessitent qu’un traitement à l’eau bouillante, car ils sont naturellement acides.

Pour savoir comment procéder pour un traitement de chaleur à l’eau bouillante ou une stérilisation à l’autoclave, voici des vidéos.

Il est très important de choisir le bon traitement de chaleur, car sans air, avec un pH basique et une température non adéquate, il peut y avoir le développement, dans les conserves, d’une bactérie que l’on appelle Clostridium botulinum qui produit des toxines dangereuses pouvant causer le botulisme. Pour en savoir davantage, vous pouvez lire ceci, https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/intoxication-alimentaire/botulisme-clostridium-botulinum.html

 

C’est avantageux !

Transformer les légumes et les fruits de votre potager ou ceux que vous avez achetés au marché, vous permettent de faire des économies et de consommer des produits locaux durant toute l’année.

En espérant que cette nutricapsule a su vous mettre l’idée en tête d’essayer la production de conserve.

Vous aimeriez en apprendre davantage sur la mise en conserve et avoir des idées-recettes :

 

Livres

  • Bocaux, compotes & confitures
  • Le traité Rustica de la conservation
  • Le grand livre des conserves de Bernardin
  • Conserves, par Louise Rivard, Modus Vivendi

 

Sites Internet pour les recettes

 

Sites Internet informatifs

 

Pour connaitre la quantité d’ingrédients acide à ajouter

Faire ses conserves de tomates

Rachel Mathieu, étudiante en nutrition
Révisé par Geneviève Gagné Dt.P. Nutritionniste
animatrice en saine alimentation
Ville en vert | éco-quartier Ahuntsic-Cartierville
514 276-2176| genevieve@nullvilleenvert.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *