10416 Lajeunesse, Montréal QC H3L 2E5 | 5765 Gouin Ouest, Montréal QC H4J 1E2 info@villeenvert.ca 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin)

Ville en vert

Les probiotiques : Produit miracle pour la santé intestinale?

Probiotiques

Dans les dernières années, vous avez peut-être remarqué une expansion du nombre de produits probiotiques sur les tablettes de votre supermarché. Qu’ils soient intégrés aux produits laitiers, dans des jus ou des barres de céréales, tous vantent les mérites incontestables des probiotiques. Mais sont-ils aussi indispensables à notre santé qu’on nous le laisse croire?

Probio…quoi?

Les probiotiques sont des bactéries vivantes jugées « saines » qui peuplent naturellement notre système digestif, tout particulièrement notre côlon. Elles s’y multiplient et aident à maintenir un équilibre avec les « mauvaises » bactéries, contribuant ainsi au bon fonctionnement de notre corps. En plus d’être présents dans nos intestins, on les retrouve dans notre alimentation, les souches les plus communes étant le  Lactobacillus et les Bifidobactéries.

Probiotiques et prébiotiques : Synonymes?

Il ne faut pas confondre probiotique et prébiotique. Si les probiotiques sont des micro-organismes vivants, les prébiotiques, eux, servent de nourriture à ces bactéries afin d’assurer leur croissance et leur prolifération. On les retrouve sous la forme de glucides (sucre) non digestibles, par exemple l’inuline, dans certains légumes (asperges, artichauts, tomates, poireaux, oignons, racines de chicorés, etc.), dans les produits céréaliers de grains entiers et dans les produits laitiers fermentés. Tout comme les humains ont besoin de manger pour survivre, les probiotiques dépendent des prébiotiques pour assurer leur subsistance. Ainsi, il faut donc consommer ces deux éléments conjointement pour bénéficier de leurs avantages.

Les sources de probiotiques

En règle général, les probiotiques se retrouvent dans les produits fermentés. Ceci inclut le yogourt, le kéfir, certains produits de soya (miso, tempeh, natto), la choucroute et le kimchi. Quelques fromages (gouda, mozzarella, cheddar et cottage) ainsi que les cornichons marinés dans une solution d’eau et de sel, peuvent en contenir, mais de façon moins abondante.

De plus, l’industrie alimentaire peut décider d’ajouter  des probiotiques dans  divers  jus, céréales, barres tendres, crèmes glacées, chocolats et même dans des gommes à mâcher! Cependant, soyez à l’affut, car les quantités présentes dans ces items sont généralement insuffisantes pour leur prodiguer des effets bénéfiques ou carrément inexistantes. Seules les compagnies peuvent être en mesure de nous confirmer si des études supportent l’efficacité de ces items.

Finalement, ces bonnes bactéries se vendent aussi sous la forme de suppléments. Il est toutefois recommandé de consulter un médecin avant d’y avoir recours.

Les bienfaits de ces créatures invisibles

C’est bien connu, les probiotiques affectent positivement le système digestif. Toutefois, restez vigilants, car leurs effets ciblent souvent des conditions médicales bien spécifiques. Notamment, ils aident à prévenir la diarrhée associée à la prise d’antibiotiques ou à une infection, en plus d’atténuer la constipation, les ballonnements et les flatulences. Ils soulagent aussi l’inflammation présente dans les cas de colite ulcéreuse ou du côlon irritable. De plus, les bactéries saines facilitent la digestion du lactose, ce qui explique pourquoi plusieurs personnes intolérantes à ce sucre peuvent consommer du yogourt, du kéfir ou encore certains fromages sans manifester d’inconforts. Finalement, les probiotiques pourraient aider à diminuer les symptômes de l’eczéma si celle-ci est d’origine alimentaire.

Yogourt probiotique ou régulier, le même effet?

Lorsqu’on pense aux probiotiques, le yogourt nous vient rapidement en tête comme source alimentaire. Cependant, bien que la fermentation de ces produits laitiers nécessite des bactéries, celles utilisées (le Lactobacillus bulgaricus et le Streptococcus thermophilus) ne font pas partie de la famille des probiotiques. Il est vrai que la majorité des Lactobacillus sont considérées comme étant des probiotiques, mais ce n’est pas le cas de toutes les souches de cette bactérie, incluant notamment le bulgaricus retrouvé dans les yogourts. Ces produits n’apportent donc pas les vertus qu’on confère généralement à ces microorganismes, à l’exception de leurs effets sur la digestion du lactose. Ainsi, il faut lire attentivement la liste des ingrédients ou encore rechercher les allégations qui indiqueraient qu’il s’agit bel et bien d’un yogourt probiotique.

Probiotiques, pas tous égaux

Attention, les différents types de bactéries ne s’équivalent pas en termes de bienfaits. Par exemple, si une souche de probiotique semble efficace pour soulager la diarrhée, elle ne réduira pas nécessairement l’inflammation et vice versa. Encore une fois, il faut s’informer sur les produits que l’on consomme.

Les avantages de ces organismes microscopiques varient aussi en fonction de la dose ingérée, du moment de la consommation et peuvent même être distincts d’un individu à l’autre. Généralement, pour tirer profit de leurs propriétés, il faut en prendre quotidiennement et en quantité suffisante, soit au moins 100 UFC (unité formant colonie). À l’épicerie, il suffit de vérifier les étiquettes des produits dits « probiotiques » puisque ceux-ci doivent obligatoirement divulguer le nombre de bactéries qu’ils contiennent. À titre comparatif, une portion de 175 g de yogourt dit probiotique ou de kéfir suffit amplement à combler cette dose minimale.

Conviennent-ils à tout le monde?

Santé Canada juge sécuritaire les aliments probiotiques, et ce pour la majorité de la population, incluant les femmes enceintes. Cependant, on  déconseille aux nourrissons ainsi qu’aux personnes ayant un système immunitaire affaibli, soit en raison d’une maladie ou d’un traitement, d’en manger. En addition, les gens souffrant d’allergies devraient se montrer prudents, car la culture des microorganismes implique souvent des protéines du lait ou du soya.

Le verdict 

La consommation régulière de probiotiques demeure un choix personnel. Il faut cependant savoir qu’il est tout à fait  possible d’avoir un système digestif en pleine santé sans avoir recours aux probiotiques.  Néanmoins, cela n’empêche pas que les aliments contenant ces bonnes bactéries renferment aussi d’autres nutriments essentiels.  Ainsi, ils peuvent faire partie de vos repas quotidiens et contribuer à une saine alimentation.

Par Marie-Maude Brochu étudiante en nutrition McGill

Révisé par Geneviève Gagné Dt.P. Nutritionniste


Références