info@villeenvert.ca 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Faut-il se casser la noix pour consommer local?

noix feuilles automne
Les noix, ou fruits à coque, sont des vedettes montantes de l’alimentation végétale.
Sont-elles de bons choix au niveau de la santé et de l’empreinte écologique? 
panier de noix de grenoble

Par Julie Themens – Stagiaire en nutrition – Université de Montréal

Ce que nous appelons communément une noix est un fruit oléagineux (riche en matières grasses, dont on peut extraire l’huile) cueilli d’arbres et arbustes. Ce fruit qu’on appelle la graine ou l’amande, est enrobé d’une coque. Chaque coque ne contient qu’une seule graine comestible, que nous appelons familièrement la noix. 

Les noix ont été reconnues pour leurs bienfaits sur la santé, particulièrement leurs effets cardioprotecteur et anti-inflammatoire. Elles diminuent le mauvais cholestérol (LDL) et certaines augmentent le bon cholestérol (HDL). Ces effets s’observent grâce à un contenu riche en acides gras insaturés et faible en acides gras saturés, à l’exception de la noix du Brésil. Les acides gras insaturés sont l’acide oléique, les omégas 3 et 6. Ces deux derniers sont des acides gras essentiels, ayant des bienfaits pour la santé du coeur et du cerveau. Les noix sont aussi riches en protéines et en fibres. De plus, les fruits à coque fournissent des vitamines, surtout des vitamines du complexe B et la vitamine E. Ils sont aussi riches en minéraux tels que le Fer, Magnésium, Manganèse, Phosphore, Potassium, Calcium et Zinc. 

L’empreinte carbone

empreinte carbone co2L’empreinte carbone représente “la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long du cycle de vie d’un produit”. Le cycle de vie inclut les GES générés lors de l’extraction des matières premières, la fabrication, la distribution (transport), la consommation et l’élimination. Les GES produits sont inventoriés et convertis en une unité comparable entre les produits, souvent en équivalents CO2 (gaz carbonique). Avec l’empreinte carbone, nous mesurons l’impact du produit sur les changements climatiques. 

Généralement, les noix ont une empreinte carbone peu élevée. Selon une étude menée par l’Université de Yale, un kilo de noix émettrait en moyenne 1kg de CO2. Plus précisément, selon Volpe et al., du journal Sustainability, voici l’empreinte carbone de certaines noix : 

Noisettes : 0.52 kg CO2eq/kg; 
Pistaches : 1.74 kg CO2eq/kg, 
Amandes : 1.92 kg CO2eq/kg. 

À titre comparatif, un kilo de boeuf produit 32,5 kg de CO2.
Les noix auraient donc une empreinte carbone environ 30 fois moins importante que le boeuf.

L’empreinte d’eau

empreinte eauL’empreinte d’eau signifie la quantité totale d’eau douce utilisée pour produire un aliment. L’eau utilisée se divise en trois catégories, soit l’eau verte, bleue et grise. L’eau verte est l’eau de pluie, l’eau bleue, celle qui provient de la surface et du sol et finalement l’eau grise est l’eau qui est polluée par la production de l’aliment. L’empreinte d’eau peut varier grandement d’un lieu de culture à l’autre, mais les chercheurs ont quand même créé une estimation d’eau nécessaire à la production d’un kilo de différents aliments afin de les comparer entre eux. 

amande

C’est au niveau de cette empreinte que les noix ont un plus gros impact écologique. En effet, beaucoup d’eau est nécessaire à leur production : la production d’une seule amande de Californie requiert environ 12 L d’eau.  

Parmi les noix fréquemment consommées au Québec, les amandes pelées sont en tête de file avec une consommation de 16 095 L d’eau / kg de noix. L’utilisation d’eau varie d’une noix à l’autre. Voici quelques exemples pour des noix écalées ou pelées: 

Amandes: 16 095 L/kg
Noix de cajou: 14 218 L/kg
Pistaches: 11 363 L/kg
Noisettes: 10 515 L/kg
Noix de Grenoble: 9280 L/kg

À titre comparatif, les légumes et fruits ont besoin de moins de 1000 L d’eau / kg pour arriver à maturité, et un kilo de bœuf nécessite 15 415 L d’eau.

C’est donc au niveau de l’eau que l’empreinte écologique des noix est plus importante. 

D’autres facteurs peuvent influencer l’empreinte écologique de la production de noix. Par exemple, le mode de production ou de culture, le niveau de transformation (salage, fumage, séchage), l’usage de pesticides ou encore l’emballage. Ainsi, choisir une noix crue bio serait un meilleur choix au niveau écologique et de la santé comme aucun assaisonnement (souvent très salé) n’est ajouté. Si on l’achète en vrac, on limite aussi l’empreinte liée aux emballages !

Existe-t-il une alternative aux noix pour diminuer l’empreinte d’eau? 

cœur en graines

Les graines ressemblent aux noix au niveau de leur valeur nutritive, tout en ayant une empreinte d’eau beaucoup moins élevée que les noix. De plus, on en trouve plusieurs variétés localement. Elles ont un profil d’acides gras semblable à celui des noix: riches en acides gras mono et poly insaturés et faibles en acides gras saturés. Les graines sont aussi riches en protéines, fibres, vitamines et minéraux, comme les noix. Leur empreinte d’eau est deux à trois fois moindre que celle des noix. Voici quelques exemples: 

Graines de tournesol: 3366 L / kg
Graines de lin: 5168 L/kg
Graines de chanvre: 3685 L/kg. 
Citrouilles et courges (entières): 336 L d’eau/kg. 

*En consommant la chair des citrouilles et courges, nous pouvons récupérer les graines et les consommer : une superbe option deux en un! 

On peut trouver des graines de chanvre, de tournesol et bien sûr toutes les courges et citrouilles au Québec. Il y a une augmentation des producteurs de lin au Québec, mais la production majoritaire se fait dans le reste du Canada (qui est le plus grand producteur et exportateur de graines de lin dans le monde).  

En choisissant des produits locaux, nous diminuons l’empreinte carbone liée au transport et encourageons l’économie locale. Au Québec, il y a peu de producteurs de noix et leur production est limitée. Cependant, on note une production grandissante de noyers dans la région d’Oka ! 

La production de noix canadiennes se fait principalement en Colombie-Britannique (noisettes) et on retrouve des cultivars de pacaniers, noyers noirs, hybrides de châtaigniers et des noyers du Japon.

 

Les noix demeurent un très bon choix pour leur valeur nutritive. De plus, elles ont une empreinte carbone parmi les plus faibles des aliments protéinés disponibles. Il reste important de considérer l’eau utilisée pour leur production. Comme nous l’avons constaté plus haut, il y a des noix ou graines à découvrir pour remplacer, entre autres, les amandes, qui sont celles qui ont la plus grande empreinte d’eau (plus grande que celle du bœuf!). 

Ajoutons les graines et noix locales à nos mélanges et allons les acheter en vrac pour réduire notre empreinte écologique! N’oublions pas les citrouilles et les courges dont on peut consommer la chair et les graines… La saison n’est pas terminée au Québec!

 

Si vous souhaitez approfondir, voici deux articles : le premier pour mieux comprendre l’empreinte écologique, le second présentant les graines de chanvre, lin et chia

Pour une liste des arbres à noix du Québec :
http://www.noixduquebec.org/les-arbres-agrave-noix-du-queacutebec.html

Pour voir des photos et même commander des noix du Québec en ligne : https://amandesduquebec.com/

 



Références

Allard, M. (2018, décembre 13). Alimentation responsable : Une bouchée pour la planète. Consulté 22 octobre 2019, à l’adresse La Presse website: https://www.lapresse.ca/vivre/gourmand/201812/12/01-5207803-alimentation-responsable-une-bouchee-pour-la-planete.php

Briggs, N. S., Clara Guibourg et Helen. (2018, décembre 14). Plutôt viande ou légumes ? L’impact climatique de vos aliments. BBC News Afrique. Consulté à l’adresse https://www.bbc.com/afrique/monde-46529886

Dennehy, K. (2015). The Other Side of Almonds : A Light Carbon Footprint. Consulté 23 octobre 2019, à l’adresse https://environment.yale.edu/news/article/the-other-side-of-almonds-a-light-carbon-footprint/

Empreinte Carbone Québec. (s. d.). Empreinte Carbone Québec. Consulté 22 octobre 2019, à l’adresse Empreinte Carbone Québec website: http://www.empreintecarbonequebec.org/fr/definition.php

Extenso. (2017). Les noix permettent d’abaisser le niveau de glucose sanguin chez les diabétique de type ll—Diabète et maladies du cœur—Échelle de crédibilité—Mythes et réalité—Extenso. Consulté 22 octobre 2019, à l’adresse Extenso website: https://www.extenso.org/article/les-noix-permettent-d-abaisser-le-niveau-de-glucose-sanguin-chez-les-diabetique-de-type-ll/

Fournier, C. (2018, juin 12). Quelles sont les noix et oléagineux les plus écologiques ? Consulté 22 octobre 2019, à l’adresse La RSE et le développement durable en entreprise : E-RSE.net website: https://e-rse.net/noix-amandes-noisettes-impact-ecologique-environnement-270393/

Fulton, J., Norton, M., & Shilling, F. (2019). Water-indexed benefits and impacts of California almonds. Ecological Indicators, 96, 711‑717. https://doi.org/10.1016/j.ecolind.2017.12.063

González-García, S., Esteve-Llorens, X., Moreira, M. T., & Feijoo, G. (2018). Carbon footprint and nutritional quality of different human dietary choices. Science of The Total Environment, 644, 77‑94. https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2018.06.339

GrandQuebec.com. (s. d.). Noix au Québec – Voyage à travers le Québec. Consulté 22 octobre 2019, à l’adresse https://grandquebec.com/monde-des-plantes/noix-au-quebec/

Lavallée, B. (2015, mars 22). Combien d’eau est utilisée pour produire les aliments? Consulté 22 octobre 2019, à l’adresse Le nutritionniste urbain website: https://nutritionnisteurbain.ca/infographiques/combien-deau-est-utilisee-pour-produire-les-aliments/

L’Épicerie. (2002). Radio-Canada.ca/L’épicerie. Consulté 22 octobre 2019, à l’adresse https://ici.radio-canada.ca/actualite/lepicerie/docarchives/2003/05/02/reportage.html

Mekonnen, M. M., & Hoekstra, A. Y. (2011). The green, blue and grey water footprint of crops and derived crop products. Hydrology and Earth System Sciences, 15(5), 1577‑1600. https://doi.org/10.5194/hess-15-1577-2011

Mekonnen, Mesfin M., & Hoekstra, A. Y. (2014). Water footprint benchmarks for crop production : A first global assessment. Ecological Indicators, 46, 214‑223. https://doi.org/10.1016/j.ecolind.2014.06.013

Poore, J., & Nemecek, T. (2018). Reducing food’s environmental impacts through producers and consumers. Science, 360(6392), 987‑992. https://doi.org/10.1126/science.aaq0216

Santé Canada. (2012, avril 26). Fichier canadien sur les éléments nutritifs—Engin de recherche en ligne. Consulté 22 octobre 2019, à l’adresse https://aliments-nutrition.canada.ca/cnf-fce/index-fra.jsp

Smith, M. R., & Myers, S. S. (2018). Impact of anthropogenic CO2 emissions on global human nutrition. Nature Climate Change, 8(9), 834‑839. https://doi.org/10.1038/s41558-018-0253-3

Volpe, R., Messineo, S., Volpe, M., & Messineo, A. (2015). Carbon Footprint of Tree Nuts Based Consumer Products. Sustainability, 7(11), 14917‑14934. https://doi.org/10.3390/su71114917

Wikipedia. (2019a). Fruit à coque. Dans Wikipédia. Consulté à l’adresse https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fruit_%C3%A0_coque&oldid=160151374

Wikipedia. (2019b). Lin cultivé. Dans Wikipédia. Consulté à l’adresse https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Lin_cultiv%C3%A9&oldid=163695184

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *