[email protected] 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Verdissons Pâques  !

L’année recèle de fêtes en tout genre et le mois d’avril ne fait pas l’exception avec une fête bien connue, Pâques. À l’origine, il s’agit d’une fête religieuse juive s’étirant sur huit jours et célébrant la fuite des juifs d’Égypte, alors esclave du pharaon. La religion chrétienne a quant à elle, célèbre Pâques pour signifier la résurrection de Jésus-Christ. Devenue une fête commerciale axée sur la consommation de chocolat, elle s’inspire encore d’anciennes coutumes puisque la tradition des œufs symbolise la fécondité et la vie, se joignant donc au retour à la vie de la nature à l’arrivée du printemps. 

Pâques célèbre ainsi un nouveau cycle de vie dans la nature. C’est pourquoi, avec nos connaissances actuelles sur les changements climatiques, il est important de verdir notre célébration de Pâques en pensant à protéger notre environnement. 

Pâques étant devenu un phénomène de marchandisation, elle apporte son lot de méfaits pour l’environnement. En effet, le processus entier de fabrication du chocolat, son emballage et son transport ont des impacts non négligeables.

En premier lieu, parlons du côté environnemental du chocolat. Comme nous le savons, le chocolat est fabriqué à partir de fèves de cacao, issues d’un arbre nommé le cacaoyer qui pousse dans les zones proches de l’équateur, notamment le Ghana et la Côte d’Ivoire, plus gros producteur de cacao. Cet aspect met en lumière une première problématique qui est l’éloignement des zones de culture par rapport aux zones de consommation, créant un besoin de transport sur de longues distances. En outre, la culture du cacaoyer se fait en plein soleil, impliquant alors une déforestation majeure dans les pays concernés, menant alors aussi, à la destruction des derniers refuges d’espèces d’animaux comme les éléphants de forêts ou encore les chimpanzés. En outre, les cultures de cacaoyer étant souvent familiales, cela implique que des enfants y travaillent et ne sont donc pas scolarisés. 

Malgré cela, il est important de spécifier que la situation s’améliore et que de grandes marques de chocolatiers se sont engagées officiellement dans l’initiative cacao et forêt (ICF), afin de rendre la culture du cacao moins dommageable pour l’environnement et les travailleurs, notamment en ce qui concerne la déforestation, les conditions des cultivateurs, ou encore la mise en place d’agroforesterie[1].

En second lieu, lorsque nous mangeons du chocolat, nous nous attendons à ce que les ingrédients soient le plus simple possible et tournent autour du cacao. De nos jours, le chocolat auquel nous avons accès le plus facilement est celui dans les épiceries et celui-ci, vendu à bas prix, ne reflète pas la vraie qualité du chocolat. Bien souvent, le premier ingrédient contenu dans celui-ci est le sucre, preuve qu’il est présent en plus grande quantité que le cacao lui-même ! Et ce n’est malencontreusement pas le seul ingrédient présent dans notre chocolat en plus du cacao. L’ajout de divers ingrédients tels que des huiles végétales ou du lait peuvent altérer le gout et la qualité. 

En troisième lieu, le chocolat, en plus d’avoir fait des milliers de kilomètres pour se rendre sur nos tablettes, se trouve emballé et voir même suremballé sous des conditionnements souvent inutiles et non recyclables. Bien que les tablettes de chocolat soient emballées dans de l’aluminium et du carton, tous les deux étant recyclables, il n’en est pas de même pour les chocolats de Pâques ou autres friandises, affublés de plastique, très souvent non recyclable, et de décorations futiles qui n’ont d’utilité que de rendre le produit attractif. 

Alors si l’on ne veut pas remplir la poubelle au même titre que notre estomac, malmener notre santé, ni participer à la déforestation ou à la dégradation de l’environnement, que nous reste-t-il comme option ?

Plus de cacao pour un chocolat de qualité et une meilleure santé

Le chocolat noir est une bonne réponse à la qualité du chocolat ! En effet, plus le pourcentage de cacao sera élevé, plus il sera brut et limitera l’ajout de sucre. De plus, il sera meilleur pour la santé, car l’ajout d’ingrédients tels que le sucre ou autres substances dans le chocolat réduit ses bienfaits pour notre santé. Acheter du chocolat de meilleure qualité avec le moins d’ingrédients dedans sera définitivement une bonne idée aussi !

Des contenants réutilisables pour réduire les emballages

Avec la tendance à la réduction des déchets dans nos consommations ont fleuri les épiceries en vrac. Celles-ci nous offrent du chocolat sous toutes formes sans emballage, prêt à repartir dans nos propres contenants et provenant bien souvent de sources fiables et éthiques assurant au passage la qualité du chocolat. Vous pourriez ainsi mettre le chocolat dans des sacs en tissus ou créer vos propres œufs réutilisables en bois ou avec des galets ovales, vous pourrez ainsi les décorer en famille et ils seront échangeables contre des chocolats. De nombreux artisans chocolatiers locaux ayant à cœur l’éthique et la qualité du chocolat proposent des produits aussi moins emballés et permettant même de découvrir des saveurs inconnues !

Privilégier le chocolat certifié pour garantir un meilleur impact social et environnemental

Nous pouvons choisir des chocolats certifiés ou issus de manufacturier reconnus pour leurs engagements à faire changer les choses dans le monde du cacao. Il y a aussi maintenant de plus en plus de petits artisans locaux faisant affaire directement avec des familles productrices en leur assurant un revenu fiable, équitable de même qu’en privilégiant une bonne culture. 

Enfin, pourquoi ne pas essayer de fabriquer vos chocolats vous-même grâce aux nombreuses recettes présentes sur internet ? Vous pourrez ainsi contrôler ce que vous mettez à l’intérieur, ajuster le gout, avoir la satisfaction de l’avoir fait tout en réduisant vos déchets !

Bonne chasse aux cocos et n’oubliez pas, le plus important dans tout domaine, c’est de s’informer !

Bibliographie

Consoglobe. (2019). Pâques zéro déchet ? 4 idées d’activités à faire avec ses enfants. Récupéré sur Consoglobe.

Génie publication. (s.d.). L’histoire de Pâques. Récupéré sur GENIEPUBLICATION.COM.

L’atelier du chocolat. (s.d.). La fabrication du chocolat. Récupéré sur atelierduchocolat.fr.

Marcien, K. P. (2010). Analyse qualitative des systèmes de cacaoculture dans la région du centre, Cameroun.

Mighty earth. (2019). Easter chocolate shopping guide. Récupéré sur mighty earth.

Mighty earth. (s.d.). Behind the wrapper, greenwashing in the chocolate industry. Récupéré sur Mighty earth.

Nature-Action Québec. (s.d.). Vous cherchez des façons de rendre vos célébrations de Pâques plus écologiques ?

Perreault, M. (2018). Votre coco de Pâques est-il écolo ? La presse.

Sciences et avenir. (2018). La déforestation pour la culture du cacao se poursuit « sans relâche ». Récupéré sur Sciencesetavenir.fr.

Spratt, A. (2018). Easter chocolate eggs for health. Récupéré sur Evahillnutrition.

World cocoa foundation. (s.d.). Initiative cacao et les forêts — déclaration d’intention collective. Récupéré sur worldcacaofoundation.


[1] L’agroforesterie est un mode d’agriculture associant une culture avec la plantation d’arbres.