info@villeenvert.ca 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

La trousse Pollinimini

Comme beaucoup le savent, les abeilles et les services qu’elles nous rendent sont particulièrement importants pour notre écosystème. Elles pollinisent les plantes sauvages, mais aussi les plantes cultivées. C’est grâce à elles que les fleurs reviennent année après année dans les jardins et les espaces en friche.

Les abeilles solitaires indigènes ont évolué en concordance avec les plantes ancestrales du Québec. Elles vont de fleur en fleur, récupérer le nectar dont elles se nourrissent et le pollen qui alimente leurs larves. En allant récupérer leur nourriture, elles pollinisent également les fleurs. La présence de ces abeilles permet d’assurer une plus grande stabilité des récoltes et d’économiser des millions de dollars en pertes puisqu’elles assurent une pollinisation continue et efficace [1].

Malheureusement, le mode de vie urbain laisse peu de place à la verdure et à la végétation, et donc aux habitats de ces abeilles. À Ville en vert, nous accueillons la vie dans toute sa diversité. C’est pour cela que nous relançons le projet de trousse PolliniMini, un outil pédagogique développé et amélioré il y a quelques années. Ce projet vise à informer, à sensibiliser et à éduquer le sujet des insectes pollinisateurs et des services qu’ils nous rendent tout en créant une occasion de rapprochement entre les humains et les insectes afin de mieux les comprendre.

La trousse PolliniMini représente donc plus qu’un simple habitat pour les abeilles solitaires. C’est aussi un premier pas vers un engagement envers la biodiversité. En décidant d’implanter ce nichoir, vous rendrez non seulement un service aux abeilles, mais aussi à votre propre jardin. Les abeilles se feront en effet un grand plaisir de butiner les fleurs de vos plants qui ont besoin de la pollinisation pour produire des fruits et des semences [2].

La trousse PolliniMini comprend :

  • un nichoir,
  • 5 plantes indigènes vivaces,
  • des pailles de carton qui abriteront les larves,
  • un guide d’implantation,
  • une formation sur les abeilles pollinisatrices.

Pour obtenir une trousse PolliniMini (d’une valeur de 109 $ plus taxes) en mai, vous devez vous inscrire sur notre liste d’attente avant le 30 avril 2020 et nous faire parvenir un dépôt de 30 $. Pour plus d’informations ou pour réserver votre trousse, veuillez nous contacter par courriel. xavier.amodeo@nullvilleenvert.ca.

Téléphone : 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Sources

  • J. Vanbergen, Adam. Et al. Status and Value of Pollinators and Pollination Services. A report to the department for environment, food and rural affairs. Juillet 2014.
  •  Espaces pour la vie. Insectes et autres arthropodes, des pollinisateurs. 
  • « https://espacepourlavie.ca/des-pollinisateurs »

Photo : Marc Sardi

Lutte contre l’herbe à poux

Pour lutter efficacement contre l’herbe à poux, une date est importante à retenir : la mi-juillet. Cette période est cruciale puisque c’est à ce moment que les plants commencent leur floraison. Il faut ainsi intercepter le plant avant qu’il n’atteigne ce stade, de sorte qu’il ne soit pas en mesure d’émettre du pollen dans l’air et de former des graines. Mais, si ce n’est pas fait et que vous repérez de l’herbe à poux dans votre terrain, vous pouvez encore agir !

Nous vous proposons un travail de quatre étapes pour vous aider à l’éradiquer :

Étape 1 – Identifier la plante

Identifier la présence d’herbe à poux sur son terrain.

 

Conseils:

On reconnaît l’herbe à poux par ses feuilles à la forme découpée, lesquelles sont d’un vert vif du même ton sur le dessus et le dessous de la feuille. Ses feuilles sont opposées, mais celles du haut deviennent alternées à un stade de maturité plus avancé. Les fleurs sont d’un jaune verdâtre, poussent en épis au sommet de la tige et font leur apparition autour de la mi-juillet. Enfin, la plante se distingue par sa tige rougeâtre et duveteuse. Pour plus d’information sur l’identification de l’herbe à poux, nous vous invitons à consulter la page L’herbe à poux: la reconnaître et la contrôler sur notre site web.

Étape 2 – Arracher :

Arracher les plants à la main en les saisissant par la base de la tige, pour entraîner la racine hors du sol. 

Conseils :

Le déracinage peut également se faire à l’aide d’outils manuels, comme la binette, efficace avec les jeunes plants dont les racines sont peu profondes, ou encore le désherber à main, pour aller chercher en profondeur les racines des plants plus développés. Il est toutefois recommandé d’éviter de remuer la terre lors de l’arrachage, puisque cela pourrait stimuler la germination de graines en dormance dans le sol. S’il arrive que l’on remue un sol contaminé par l’herbe à poux en désherbant, il devient alors préférable de travailler cet espace à plusieurs reprises au cours de la saison pour freiner la formation de nouvelles pousses en brisant les jeunes racines en formation. Enfin, bien que l’herbe à poux ne soit pas allergène au toucher, il est préférable de la manipuler en portant des gants.

Étape 3 – Disposer sécuritairement des plants

Une fois les plants arrachés, jeter ceux-ci aux ordures ménagères, avec les débris de terre retirés lors de l’arrachage. Cette précaution est essentielle, puisqu’elle permet d’éviter la propagation des semences présentes dans les plants ou dans la terre.

Conseils :

Il est fortement recommandé de ne pas jeter les plants d’herbe à poux au compost, puisqu’on risque de le contaminer avec des graines qui pourraient se ressemer lors de son épandage.

Étape 4 – Prévenir l’apparition de nouvelles pousses

Prévenir l’apparition de nouveaux plants d’herbe à poux à l’aide d’une ou de plusieurs des stratégies suivantes :

  1. Implanter ou ensemencer un couvert végétal constitué d’espèces compétitives pour dominer progressivement l’herbe à poux. Le trèfle, le gazon et le sarrasin sont d’excellents compétiteurs. Une fois l’herbe à poux arrachée, on peut semer la ou les variétés choisies sur l’espace dénudé par le désherbage. Pour favoriser le succès de l’ensemencement du couvert végétal, il est recommandé d’aérer le sol avant d’y déposer les semences. 
  2. Recouvrir le sol de matériaux inertes, comme le paillis, la pierre concassée ou la membrane géotextile. Pour être efficace, le paillis doit être composé de copeaux de taille inférieure à 7 cm et être répandu d’une épaisseur d’au moins 5 cm.
  3. Enrichir le sol à l’aide d’engrais et de fertilisants. Comme l’herbe à poux prolifère dans les sols pauvres où les autres espèces végétales ont de la difficulté à s’établir, cette stratégie permet de modifier le sol de façon à le rendre plus favorable aux autres plantes.

Considérations générales

  • Rester à l’affût de l’apparition de nouvelles pousses après l’arrachage. Effectuer un 2e, voir un 3e arrachage si nécessaire.
  • Bien que l’on recommande fortement de contrôler l’herbe à poux par arrachage, il est possible de s’attaquer aux plants en les fauchant. Cependant, cette méthode comporte plusieurs inconvénients. Lorsque taillée fréquemment à la tondeuse, l’herbe à poux se développe sous forme de bonsaïs, soit en petits plans à forte racine qui produiront tout de même du pollen et des graines, leurs fleurs étant souvent assez près du sol pour échapper à la tondeuse. Ainsi, pour que la coupe soit efficace, il est plutôt primordial de laisser pousser les plants et de les faucher à deux dates : une première fois, à la mi-juillet, puis une seconde, à la mi-août. Cette méthode permet d’affaiblir considérablement la plante et de diminuer ses chances de se rendre au stade de floraison.

Allergies saisonnières

Au Québec, les émissions de pollen ont lieu sur trois saisons, selon le type de plantes desquelles elles proviennent. Au printemps, ce sont les arbres et les arbustes qui produisent du pollen, comme c’est le cas du boulot, de l’aulne et de l’orme. La pollinisation des graminées débute également au printemps, mais se poursuit sur une plus longue période, jusqu’à la fin de l’été. Enfin, les plantes herbacées émettent du pollen en été et en automne, parmi lesquelles se trouve le plantain, l’armoise vulgaire et notre principale intéressée, l’herbe à poux. Cette distinction peut être utile pour les personnes désireuses d’identifier le type de plantes à l’origine de leurs symptômes allergiques. Ceci dit, malgré la diversité des pollens que l’on retrouve dans l’air, c’est l’herbe à poux qui est la principale cause d’allergies saisonnières, étant la cause d’environ 75% d’entre elles chez les Nord-Américains. Plus précisément, on estime que cette plante a coûté à la population québécoise entre 157 et 240 millions de dollars en frais de santé pour l’année 2005. Dans la province, le pollen de l’herbe à poux est le plus important des plantes causant les allergies saisonnières.

Le pollen des plantes aéroallergènes est à l’origine de nombreuses réactions allergiques telles que des irritations des voies respiratoires, des écoulements nasaux, des éternuements, des yeux rouges, gonflés et larmoyants, des conjonctivites, de la congestion au niveau des sinus, mais aussi il cause de nombreux autres problèmes respiratoires à plus ou moins long terme comme la rhinite allergique mieux connue sous le nom de fièvre ou rhume des foins et de l’asthme. Il arrive que des personnes soient prises à la fois avec des maladies pulmonaires comme l’asthme et souffrant d’allergies dans ce cas les symptômes peuvent être encore plus pénibles, diminuant considérablement la qualité de vie des personnes atteintes. 

La bonne nouvelle, c’est que, bien que l’herbe à poux soit le principal allergène au Québec, son pollen est relativement facile et peu dispendieux à contrôler, avec l’effort concerté des autorités municipales, des propriétaires de grands terrains et des citoyens !

Sources : 

Association pulmonaire du Québec. Herbe à poux. 

https://pq.poumon.ca/sante-pulmonaire/environnement/allergies-herbe-a-poux/

Espace pour la vie. Herbe à poux ou herbe à la puce.

Ministère de la Santé et des Services sociaux. Guide de gestion et de contrôle de l’herbe à poux et des autres pollens allergènes. http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2016/16-244-04W.pdf

Société écocitoyenne de Montréal. À bas l’herbe à poux. https://www.sem-montreal.org/2017/07/20/a-bas-lherbe-a-poux/

Ville de Montréal. L’Ambrosia artemisiifolia : Herbe à poux