[email protected] 514 447-6226 (Lajeunesse) | 514 856-9053 (Gouin) | 514-500-4956 (Villeray) | 514-500-4052 (Saint-Michel) | 514-500-5136 (Parc-Extension)

Ville en vert

Santé dentaire et alimentation saine : Croquer la vie à pleines dents

Avril est le mois de la santé dentaire. Une opportunité pour parler du lien entre santé bucco-dentaire et saine alimentation.

À quoi servent les dents ?

  • Rôle esthétique : un beau sourire
  • Rôle mécanique : mâcher, croquer, couper, écraser, broyer
  • Rôle langagier : parler, articuler, prononcer

Vous conviendrez que les dents ont une fonction importante et que l’on peut difficilement s’en passer. Si une saine alimentation peut contribuer à conférer aux dents une certaine résistance, le contact direct avec les dents d’aliments riches en sucres* demeure une menace tout au long de la vie.

Comment trouver l’équilibre entre la saine alimentation et avoir une bouche en santé ?

Dès le plus jeune âge : La prévention par le soin des dents procure plusieurs avantages aux enfants. Les premières dents (dents de lait) jouent un rôle important dans son développement. En effet, elles lui permettent de mastiquer facilement les aliments, de prononcer correctement les mots, de garder l’espace nécessaire pour les dents permanentes (dents d’adulte) et d’avoir confiance en soi.

Les caries peuvent toutefois survenir très tôt. La carie dentaire est le résultat de la perte des minéraux qui contribuent à la santé des dents. Elle survient lorsque les bactéries naturellement présentes dans la bouche entrent en contact avec des aliments qui contiennent du sucre *. Les bactéries forment alors un acide qui attaque les dents laissant la possibilité pour la carie de s’installer. Dès que les premières dents de l’enfant apparaissent, il est recommandé de les nettoyer avec une brosse à dents à soies souples et passer la soie dentaire entre les dents qui se touchent. 

Lorsque l’enfant grandit, il est important de lui enseigner de bonnes habitudes. L’enfant n’ayant pas la dextérité nécessaire pour bien se brosser les dents, les parents doivent l’aider et superviser sa technique de brossage.

Trucs et astuces :  on brosse les dents du rose vers le blanc – de la gencive vers la dent [ça évite de faire mal aux gencives]

 *le sucre existe sous deux formes : 

AjoutéNaturellement présent
Sucre blancfruits
cassonadecéréales
mielLait
mélasseAmidon 
Sirop [érable, maïs…]
Amidons modifiés 
 


Sur les étiquettes des produits alimentaires, le sucre est souvent désigné par la plupart des mots finissant en ose : lactose, maltose, fructose, dextrose, glucose, saccharose, etc. 
Notez que les produits riches en amidon sont également très souvent additionnés de sucre, ce qui favorise une réaction de caramélisation à la cuisson. Cela donne une texture collante à l’aliment, il restera en contact plus longtemps avec les dents. Les résidus d’aliments seront plus disponibles aux bactéries présentes dans la bouche qui créent les caries.

Ce qu’il faut retenir

Il est important de prendre soin de sa bouche pour manger sainement et de manger sainement pour prendre soin de sa bouche !

À éviterÀ privilégier
Grande période de contact avec les aliments contre les dents (aliments collants ou sirotés)Se brosser les dents 2 à 3 fois par jour (et utiliser la soie dentaire)
Manger du sucre souvent et beaucoupVisiter le dentiste une fois par an
 Manger sainement pour fortifier les dents et les gencives (calcium et vitamine D)

Trucs et astuces pour améliorer les habitudes alimentaires

Plus on mange sucré, plus on veut manger sucré. Pour parvenir à diminuer sa consommation de sucre, un conseil : y aller petit à petit ! Une bonne technique est de diminuer graduellement l’apport en sucre et d’habituer nos papilles à une intensité moindre de sucre. 

Concrètement voici ce que l’on peut faire :

  • Diluer les jus de fruits avec de l’eau ou de l’eau pétillante
  • Mélanger les céréales à déjeuner sucrées avec une céréale de son 
  • Ajouter au gruau commercial des flocons d’avoine nature
  • Mélanger le yogourt aromatisé avec un yogourt nature ou essayer les versions moins sucrées disponibles sur le marché
  • Faites vos pâtisseries maison, et diminuez d’un quart le sucre des recettes. Ainsi, vos muffins, pains aux fruits, galettes et biscuits contiendront moins de sucre.
  • Remplacer le sucre raffiné par une compote de pommes non sucrée.

Sources :

https://promotionsante.chusj.org/PROMOTIONSANTE/files/0c/0c2af4f3-aa4a-417a-ac0c-88c375867fd0.pdf

https://promotionsante.chusj.org/fr/conseils-et-prevention/Saines-habitudes-de-vie/Des-dents-en-sante- (1)

https://extenso.org/article/contre-l-ennemi-numero-1-des-dents/

Importation : Est-il possible d’être plus écologique dans nos choix alimentaires?

Vins de France, cacao de la Côte d’Ivoire, sucre du Brésil, poissons du Chili et café du Madagascar. Voici une liste non exhaustive des aliments que l’on importe le plus au Québec. 

1re place : boissons, liquides alcooliques et vinaigres

C’est la catégorie bioalimentaire la plus sujette à l’importation (22 %). La province du Québec importe la plus grande quantité de vins et de mousseux. Ce sont principalement les vins français, californiens et italiens qui sont les plus prisés des Québécois. 

Pour réduire le transport de ces boissons, essayons de consommer des vins québécois et ontariens !

2e place : fruits frais, séchés et noix 

Cette catégorie représente 11 % des importations, en provenance principalement des États-Unis et du Chili. 

Par ordre décroissant, les fruits que nous importons le plus sont : les agrumes, les bananes y compris le plantain, les bleuets et les raisins.

Dans la catégorie des noix, les amandes arrivent en haut du palmarès. La majorité des amandes proviennent de la Californie. La production d’une seule amande requiert 12 litres d’eau.[i]

Les graines sont une bonne alternative aux noix : les graines de citrouille sont celles qui utilisent moins d’eau !

En savoir plus sur les noix : Faut-il se casser la noix pour consommer local?

3e place : cacao et préparations apparentées 

Ce sont les fèves de cacao qui sont les plus importées, viennent ensuite le beurre de cacao et l’huile de cacao. Cette catégorie représente 10 % des importations.

Au Québec, il est difficile de trouver un équivalent au chocolat. En choisissant un chocolat bio, en vrac et provenant du commerce équitable, on participe à la réduction de notre empreinte planétaire.

4e place : sucre et sucreries 

Le sucre et les sucreries représentent 7 % des importations, notamment de la canne à sucre issue du Brésil (72 % du sucre). Pour rappel, c’est à partir de la canne à sucre que l’on va extraire le sucre pour en faire du sucre blanc, du sucre de canne, de la cassonade….

Le sirop d’érable et le miel provenant du Québec sont de belles alternatives. 

5e place : préparation de légumes et de fruits 

Le jus d’orange et les conserves (en bocal ou en conserve) de fruits et légumes sont grands gagnants de la catégorie. Une grande partie des jus proviennent des États-Unis, plus spécifiquement de la Californie.

Les conserves de tomates proviennent surtout de la Chine. On parle de plus en plus de l’or rouge pour parler de la tomate. Un reportage intéressant permet de mieux comprendre ce phénomène :

L’empire  de l’or rouge, reportage sur la tomate : 

https://vimeo.com/ondemand/lempiredelorrouge (en anglais)

https://ici.tou.tv/l-empire-de-l-or-rouge (en français, être abonné à « ici tou.tv »)

Pour contourner ces tomates importées, profitez des tomates italiennes (provenant du Québec) qu’on retrouve à la fin de l’été (septembre) en vente dans les marchés, souvent proposées à des prix plus qu’abordables. Utilisez une technique de conservation des tomates pour faire vos provisions pour l’hiver ou congelez-les entières ! Faire des conserves avec la famille ou les amis pourrait être bénéfique à tous et simplifie la tâche !  

6e place : Poisson et crustacés

Les importations de poissons représentent 6 % des produits alimentaires importés. C’est le Chili, la Chine, les États-Unis et le Vietnam qui nous en envoient le plus. Nous sommes friands des filets de saumons du Pacifique, de l’Atlantique et du Danube (congelés). On remarque une forte croissance pour le thon rouge, les filets de morue, les filets de tilapia et les filets de lieu.

En savoir plus sur la pêche durable : De la pêche durable dans nos assiettes…

Pour manger plus de poisson du Québec, le site internet Fourchette bleue nous indique les poissons provenant de pêche durable. Un article cite également 8  poissons à éviter

7e place : Café, thé et épices 

Cette catégorie représente 6 % des importations. De cette catégorie, le café représente 66 %, suivent la vanille (17 %), le thé (6,7 %), le poivre (5,32 %) et finalement toutes les épices.

Il sera de nouveau compliqué de trouver une alternative à la caféine. Une consommation raisonnable de café aiderait à réduire ces importations. La dose de caféine raisonnable et recommandée par jour est de 400 mg par jour par adulte (pour les enfants, voir la note de bas de page[ii]). Cette quantité représente 2 tasses de café filtre (179 mg de caféine par tasse) ou étonnamment jusqu’à 10 tasses de café expresso (40 mg de caféine par tasse).

Principaux produits bioalimentaires importés de l’étranger par le Québec

ProduitsPart du total de 2018Part comblée par les pays fournisseurs en 2018
Boissons, liquides alcooliques et vinaigres 22 %France (27 %), États-Unis (19 %), Italie (17 %), Espagne (5 %)
Fruits frais et séchés, noix 11 %États-Unis (14 %), Chili (12 %), Maroc (9 %), Espagne (8 %)
Cacao et préparations apparentées 10 %Côte d’Ivoire (25 %), États-Unis (17 %), Indonésie (8 %), Suisse (6 %)
Sucre et  sucreries 7 %Brésil (72 %), États-Unis (7 %), Chine (3 %), Guatemala (3 %)
Préparations de légumes et de fruits (jus, confiture, etc.) 6 %États-Unis (29 %), Brésil (16 %), Chine (11 %), France (5 %)
Poissons et crustacés 6 %Chili (20 %), Chine (13 %), États-Unis (12 %), Vietnam (11 %)
Café, thé, maté et épices6 %Madagascar (15 %), Colombie (10 %), Brésil (10 %), Suisse ​(9 %), États-Unis (8 %)

Source : Global Trade Tracker; compilation du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

D’un point de vue nutritionnel, il faudrait consommer moins de vins, moins de chocolats, moins de sucres, moins de jus importés et moins de café : cette recommandation concorde avec le Guide alimentaire canadien, ces aliments n’en faisant pas partie ! Il sera plus complexe de limiter notre consommation en fruits frais l’hiver. En revanche, au niveau des noix et des poissons, il y a matière à réflexion… 

Manger sainement, local, en vrac, en prenant en compte l’importation des aliments, c’est toute une prise de conscience à développer et à acquérir. 

Noémie Beaucarne

Conseillère en nutrition 

Références 


[i] Water-indexed benefits and impacts of California almonds  ou l’analyse du California Board of Almonds:  WATER FOOTPRINT + ALMONDS

[ii] Pour les enfants de moins de 12 ans, Santé Canada recommande un apport quotidien maximal en caféine de 2,5 milligrammes par kilogramme de poids corporel. La caféine est présente dans d’innombrables produits, notamment le café, le thé, le chocolat, les colas et certains médicaments, ainsi que dans les boissons énergisantes et les « concentrés énergisants ». La teneur en caféine varie d’une boisson énergisante à une autre, mais peut se situer entre 50 mg et plus de 200 mg par canette, ce qui est largement supérieur à l’apport maximal quotidien recommandé pour la plupart des enfants et des adolescents.

Selon Éducatout, 60 ml (1/4 tasse) de cacao contient 47 mg de caféine, 1 once (28 g) de chocolat noir à 70 %-85 % de cacao contient 24 mg de caféine, un carré de chocolat au lait de 1 once (28 g) contient 7 mg de caféine et 250 ml (8 onces) de lait au chocolat contient 8 mg de caféine.